Le couple

Le couple

 

Considérations sur le couple

Du philosophe, au poète, qui n'a pas tenté de démontrer l'importance du couple ? Cette union de l'homme et de la femme, qui, sur la base de leurs différences, ont la délicate mission de bâtir un projet commun dans l'Amour. De nos jours un grand nombre de psychologues et thérapeutes étudient l'évolution du couple ; notamment les mobiles de conflit et de frustrations débouchant trop souvent sur une séparation de ces deux individus, lesquels, paradoxalement, ne cessent de s'attirer. Des spécialistes, médecins, scientifiques ont découvert de multiples phénomènes expliquant le processus de l'union et de la dissolution d'un couple. Par exemple, une femme P. Salomon, thérapeute avertie, en explique les différents stades dans son livre "La sainte folie du Couple". De l'enfance à l'âge adulte, elle y décrit les troubles qui peuvent s'installer à l'insu du couple dans la relation homme/femme, dominant/dominé, solaire/lunaire. Pourtant au-delà de tous les clivages, le couple ne semble-t-il pas en perpétuelle recherche de perfection ? Perfection : rêve ou réalité ? Si nous découpons ce mot, nous trouvons : PER – FECT – ION ; or PER/PAR signifie "au-dessus de", comme dans PER-cevoir ; FECT c'est "attribuer", que l'on retrouve dans af-FECT-er, et ION est la particule énergie que l'on retrouve dans ION-ique. Voilà une clef qui ne demande qu'à tourner dans la serrure pour ouvrir les portes du Cœur et de l'Esprit. Une fois ouvertes, elles permettent de voir notre partenaire au-dessus des apparences, de lui porter de l'affection avec une énergie d'amour véritable. Ceux qui ont de l'entendement remarqueront que le mot "PER-FECTION" dévoile le mot "PERE" et FECTION "faire" ; comprenons par là qu'il faut élaborer son couple avec le Père dans l'action du bon, du bien et du beau ! L'amour parfait – par-FAIT – signifie phonétiquement "par les FAITs". Le mot "je t'aime", une fois prononcé, trouvera toute sa signification lorsqu'il sera accompagné de faits, de preuves, d'écoute et de respect. Ainsi, le but de la perfection est de vouloir faire mieux, plus, avec attention ; et ceci n'est pas seulement applicable au couple mais à tout individu qui a le respect de lui-même.

 

La coupure

Regardons la définition du mot "Couple". En étymologie, il appartient à la famille du verbe latin apere "attacher" ; attachement qui se conçoit naturellement lorsqu'il s'agit de la relation humaine et plus spécialement de la relation homme/femme.

Il est intéressant de noter que "COPULE" est formé des mêmes lettres que "COUPLE" qui signifie "lien" puis "paire". A présent, décortiquons ce mot et découvrons ce qu'il cache de magique sur notre Genèse :

 


C O U P L E

=

COUP – EL


homme/femme

=

Coupé / Dieu et "dieu" coupé.


(Dieu = le Principe, le Verbe)

 

(dieu = le couple androgyne)

 

« Dieu créa l'homme à son image ; il le créa à l'image de Dieu, et il les créa mâle et femelle » (Genèse 1-27). En réalité cette création angélique était androgyne et ce n'est qu'après la révolte de l'ange, décrite dans l'Ancien Testament, que ce "dernier" (alors qu'il se croyait premier) fut "coupé" : homme et femme, donc séparé de Dieu. Saisissez-vous l'étrange culpabilité (étymologie de COULPE "faute") qui s'est inscrite dans nos gènes ?

« C'est la colère de l'Ange lors de la Révélation qu'il avait toujours été "manouvre", main-d'ouvre et manouvré qui se déclencha en Révolte et provoqua sa "culpabilité" coupable, c'est-à-dire, Je te le rappelle : son coupage en deux des parties masculine/féminine. » (André Bouguénec – "L'Inconnu se Révèle"

Devenus "COUPABLES", ces anges sexués durent chuter sur terre pour s'accomplir avec leur karma angélique et retrouver leur partie manquante, afin de reconquérir librement leur Androgynat. L'homme, un éternel insatisfait

Cette complémentarité entre l'homme et la femme est suggérée par les nombreuses découvertes scientifiques à partir de la matière ; par exemple : les cellules, le couple noyau/électrons, les planètes qui s'attirent et se repoussent par la loi de la gravité, sans oublier le cerveau de l'homme qui est bicéphale. La loi des symétries inversées s'impose également à notre univers : Homme / Femme

Bien / Mal

Noir / Blanc

Jour / Nuit

Négatif / Positif

Haut / Bas

Voilà pourquoi la valeur de l'entente "COR-DIALE" – qui signifie don du cœur = cor – est à sublimer dans ce monde. Elle commence par la fraternité, par la "CON-NAISSANCE" (cf. : naître avec) de l'autre pour reconstituer une Unité. Alors l'individu n'est plus soli-T-aire mais soli-D-aire. La communion corps/esprit s'établit et la collaboration devient possible aussi bien dans un groupe de travail, que dans la société ; cette communion trouvera évidemment sa plénitude avec son/sa partenaire, car nous sommes tous conçus pour "UN CROISEMENT" = 156, pour "UNE CON-FUSION" = 156 de "2 AMES CON-FONDUES" = 156 en "UNE UNI-DUALITE" = 156 qui verra enfin "LE COUPLE RE-UNI" = ­156 de l'Origine.

« Le couple est une société de deux êtres différents en association au long cours d'adaptation, d'enrichissements et de communications fructueuses. En Société, les êtres sont en communauté, en couple, ils sont en communion. » (André Bouguénec – "Entretien avec l'Homme"

La relation du couple est une sexualitéIl était difficile d'occulter ce sujet, tant il est d'actualité dans la vie quotidienne de chacun. Aujourd'hui, il n'est plus nécessaire de passer devant M. le Maire ou le curé pour "passer à l'acte". Si, au fil des générations, la religion catholique a défendu son point de vue sur la relation sexuelle, il faut reconnaître qu'elle a beaucoup sanctionné et sûrement engendré de nombreuses frustrations. (Nous ne ferons pas son procès aujourd'hui, mais viendra un jour.). « Le mot sexe lui-même signifie "sectionné", coupure originelle d'un seul être scindé. » (André Bouguénec – "Entretien avec l'Homme").

Voilà pourquoi l'homme et la femme recherchent leur intégralité dans l'union charnelle :

« … voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair. » (Genèse II-23).

Dans cet accord (ac-cœur) physique, on aspire inconsciemment à une sensation qui dépasse le simple plaisir. En effet, au delà de la fusion des corps, la relation demeure stérile si elle ne dépasse pas la sensualité et si la reconnaissance de cette fusion n'est pas reliée au Divin. « Le vrai Sexe est un pluriel à Deux + UN, le Père… C'est ainsi, sous le Signe de Lumière que l'Humain doit SE croiser : SEXES = 72 = COUPLE. » (André Bouguénec – "Entretien avec l'Homme").

On peut remarquer le X central du mot SeXes, représentant le croisement perpétuel, liant le couple dans la valeur respective des deux êtres afin qu'ils retrouvent leur Nature Primordiale. Continuité de l'amour

La volonté du Couple n'est-elle pas, lors de l'accouplement, d'engendrer la vie ? De reproduire la chair de sa chair, de donner un idéal à son amour ? Le Couple va commencer par concevoir en pensée un enfant ; une fois déposé au sein de la matrice féminine, le germe va prendre vie. A la naissance, une autre forme de couple va exister : celui de la mère et celui du père avec son enfant. Un lien invisible, puissant, va unir ce couple à trois et permettre la naissance d'un nouveau sentiment : celui de la parité avec son Créateur. Le couple est alors véritablement devenu une famille. Finalement, n'est-ce pas là, cher humain, le dessein de Dieu vis-à-vis de sa progéniture ? Conclusion et réalité

Après les différentes étapes lui ayant permis de retrouver ses vraies origines, le Couple réalise une parfaite symbiose affective mutuelle ; il a enfin reconnu son Créateur comme Père-Mère, il a trouvé son rôle dans la Société et chemine vers son Androgynat. « Le critère, le test, de cette réussite se contrôle lorsque ces deux esprits, ces deux cours, arrivent de plus en plus à être en télépathie. C'est là le premier phénomène de l'égrégore qui les unit et qui est aussi le premier privilège de l'androgynat. Cela arrive lorsque l'équilibre entre les deux âmes est presque réalisé, lorsque les époux… "s'entendent" non seulement de visu, mais alors à distance ! » (André Bouguénec – "Couple et Alchimie"

Quelques recoupements cabalistiques
Ce couple, axe central de la création, mérite que l'on s'y attarde quelque peu : Concernant le Couple : ·"COUPLE" = 72 = "SEXES". Dans cette égalité numérique comprenons bien qu'au-delà de la COPUL-ation, véritable croisement des Corps, il faut voir également le croisement des deux pronoms personnels SE et ES (lu de droite à gauche) "masculin et Féminin" qui doivent fusionner dans les Temps.

 

LE COUPLE = 89 et 8 x 9 = 72 = COUPLE

Forcément indissociable, ce couple sexué dans la "DUALITÉ" = 72 doit s'unifier pour retrouver son état androgyne.

Si la notion de COUPLE (= 72 ) est inscrite en chacun de nous, c'est bien parce que notre "JE" absolu est androgyne (J est la 7ème consonne et E la 2ème voyelle).

"L'ANDROGYNAT" (= 131), ce sont "LES ACCOUPLÉS" = 131 hommes et femmes ; ils ont bâti une relation fusionnelle, telle, qu'ils sont devenus LES JU­MEAUX = 131.

En attendant cette étape, chaque couple sur terre doit construire "UN MENAGE" = 80, pour un unique objectif : "L'AMOUR" = 80.

MARIE symbole de l'amour est l'anagramme du verbe "AIMER", mais également du mot MAIRE (cf. : la Loi Divine) devant lequel le couple se promet fidélité en vue d'être "ARIMÉ" – par des liens solides – po

&vous avez vu le film "le 5ème élément", peut-être vous souvenez-vous que c'est l'énergie émanée d'un couple (l'amour, l'unité formé par LEELOO ET KORBEN = 153 = anagramme du 135) qui met fin au mal. Cette énergie, ce faisceau lumineux qui sort de la bouche de Leeloo symbolise évidemment le Verbe.

Précisément entre l'Homme et la Femme : ·C'est dans la fameuse GENESE = 55, que l'Ange androgyne coupable, fut "coupé symétriquement" en deux, il est logique de reconstituer ce chiffre à travers "HOMME" et "FEMME" qui font 5 lettres (en outre, rien ne vous empêche de lire phonétiquement "l'être" et ses 5 sens).

L'HOMME + LA FEMME totalisent 13 lettres et la 13ème lettre de l'alphabet dévoile l'injonction "M" !!

Lorsque nous parlons d'AME, cela symbolise bien la fusion du principe masculin (A deprincipe féminin (E de Eve) et réciproquement.

Chez l'Homme et la Femme, cette fusion, bien que programmée, n'est pas encore réalisée. Il n'y a qu'à observer le double "MM" "au cœur" des mots "hoMMe" et "feMMe".

Ils représentent un Amour à édifier, mais qui reste dédoublé car encore non fusionné sur Terre. Cela se confirme dans la numération de "L'HOMME – LA FEMME" = 121. N'y voit-on pas l'unité (1-1) séparée par le 2 de la dualité ?

C'est pourquoi dans le long périple qui les attend, l'Homme et la Femme doivent SE CROISER = 111 et former une unité :

L'HOMME = 6 6

LA FEMME = 5 5

= 11 11 (en croisant 6 et 5 ) (notez que la différence entre 66 et 55 est égale à 11

Comme si les doubles "MM" dans "L'HOMME" et "LA FEMME" n'étaient pas suffisants pour démontrer l'objectif d'amour à bâtir, les 9 lettres restantes L-H-O-E et L-A-F-E-E totalisent, comme par hasard, 69 = L'ALLIANCE à réaliser dans 1 AMOUR = 69. (Le 6 et le 9 "s'emboîtent" et représentent le fameux Croisement (69) que l'on retrouve géométriquement dans le Yin-Yang).

Si nous "marions" verticalement les lettres de "Homme et Femme" nous trouvons : HF, OE, MM, MM et EE = 96 ; ce nombre montre deux personnes géométriquement opposées se tournant le dos. Pour se retrouver "face à face", il leur faut changer de comportement et donc "UN-verser" leur nature ; ainsi, HF = 14 devient 41, OE = 20 devient 02, MM = 26 devient 62 etc… pour totaliser en-Fin 168 = 1-PARTAGE (= 68) pour 1-AMOUR (68).

Unité et finalité que l'on retrouve phonétiquement chez l'Hum'UN qu'il soit "Mascul'UN ou Fémin'UN".

Unité qui apparaît également dans les mots homME et femME ; le pronom personnel ME n'est rien d'autre que notre alter-ego à rebâtir pour prétendre vivre à la 1ère personne du singulier ; singulier, car devenu "particulier" (PARTICULES-LIEES) et donc unique aux yeux du Créateur. Notons que ME = 13-5 reflète le fameux 135, grand symbole de l'unité en français (1 et UN = 35).

Du couple au Créateur : ·Dès lors, en tant que futur dieu, ce COUPLE = 72 retrouvera l'unité (cf. : 111) avec son Créateur : DIEU = 39 (ainsi, 72 + 39 = 111).

Pourquoi Trois "1" ? Tout simplement pour symboliser la seule trinité qui vaille (horizontale pour la Matière et verticale pour l'Esprit), celle qui se dévoile dans la somme des lettres :

D

I

E

U

   

39

F

E

M

M

E

 

42

H

O

M

M

E

 

54

18

29

31

47

10

=

135

 

135 est le symbole de l'unité en français (1 et UN = 35). C'est la raison pour laquelle "Dieu, Femme et Homme" forment UN TOUT = 111, autrement dit, UNE TRINITE = 135.

Confirmé par les lettres unitaires de DIEU, FEMME et HOMME (D, I, E, U, F, M, H, O), qui totalisent 81 = L'UNITE.

Multiplions ces 3 signatures (39 x 42 x 54 = 88452) que nous additionnons par paires et nous trouvons 88 + 45 + 2 = 135.

Que dire de ces fortes coïncidences, sinon que les chiffres et les lettres "s'accouplent" merveilleusement pour susciter l'esprit humain à comprendre la réalité Divine !

 

Maryannick Mazeron