L’Ekklesia

L'Ekklesia

 

L'homme curieux des sources, n'est pas sans remarquer que dans les textes grecs originaux de nos Ecritures chrétiennes, on rencontre toujours exclusivement le terme "Ekklesia", que ce soit dans les Evangiles, les Actes des Apôtres, les epîtres diverses ou dans l'Apocalypse.

Ekklesia, que l'on traduit mot à mot en français par "Eglise" et qui, dans notre entendement, représente la société religieuse des fidèles du Christ, autant que l'édifice sacré où se réunit cette société pour y prier.

Si cependant on se penche de plus près sur la valeur étymologique d'Ekklésia, on s'aperçoit que tous les dictionnaires font de ce nom une assemblée délibérante où on discute sur un sujet ; assemblée où est admis par convocation, par choix, par élection.

Le dictionnaire académique de Bailly définit Ekklésia par : "Assemblée par convocation ; assemblée du peuple ou de guerriers dans Homère ; assemblée des Amphictions à Delphes, assemblée du peuple à Sparte, à Athènes et à Rome, assemblée de soldats, de fidèles".

Le verbe qui se rapporte à ce nom est "ekklésiadro" : assister à une assemblée, discuter, délibérer dans une assemblée. S'apparentant à Ekklésia, on trouve le verbe "kléroo" : choisir, élire.

Comme on le voit, il n' y a à la base d'Ekklésia aucun caractère spécifiquement religieux. Elle est aussi bien une assemblée délibérante du peuple, de députés, de militaires, que de fidèles d'une secte. Assemblée où on s'instruit, et discute des choses de l'association, où on choisit ou élit des responsables ainsi que des nouveaux membres.

Sunaxis

Tout autre est la "Sunaxis" que le dictionnaire traduit par : "assemblée religieuse", car ce nom est composé du verbe "axioo" : estimer, honorer et de l'adverbe "sun" qui signifie : ensemble. La Sunaxis est donc bien une assemblée d'êtres réunis ensemble pour honorer, rendre hommage à Dieu. Son dérivé est la "Synagogue", formé de "ego" : mener, conduire et de "sun" : ensemble.

Si, dans les Ecritures chrétiennes, c'est toujours d'Ekklésia qu'il est question, du choix de Pierre par Jésus pour sa fondation, jusqu'aux sept Ekklésia de l'Apocalypse et jamais de Sunaxis, c'est bien parce que Jésus et ses apôtres voulaient avant tout que les membres de leur Ekklésia forment une assemblée de fidèles où on s'instruise et discute de son enseignement ; assemblée au sein de laquelle on était admis près qu'on en fut jugé digne par voie d'élection (Klérosis) qui ouvrait la porte de baptême et autres sacrements.

L'Ekklésia mène à la Sunaxis, mais elle ne l'est pas ; Elle est l'école initiatique qui y conduit.

 

Qu'il ne soit question que d'Ekklésia dans nos Ecritures, prouve à quel point elle est considérée comme base indispensable, comme assises indispensables à notre salut. Qu'avant toutes choses les hommes viennent s'y instruire et y discuter sur l'homme et sur Dieu qu'ils soient bien pénétrés des enseignements rédempteurs de Jésus et les appliquent, cela suffit à leur salvation et le royaume des cieux sera leur récompense.

Par déformation congénitale héritée du Judaïsme, nos Eglises ont maintenant associé Ekklésia et Sunaxis, les confondant en une seule chose, dans laquelle elles n'ont pour objectif principal que la Sunaxis où les clercs jouent aux grands prêtres. Elles n'ont pas fini d'en ressentir les effets !…

"Allez et Enseignez" fut l'unique mission impérative confiée par Jésus à ses apôtres et à ses disciples. Cela prouve péremptoirement que le rôle de son Ekklésia doit sinon se limiter là, mais en faire son objectif principal et son but essentiel qui à lui seul est salvateur.

 

Jean Denis FEUGEY