La symbolique de Blanche Neige et les 7 nains

La symbolique de Blanche Neige et les 7 nains

 

On dit que…

Les histoires contiennent un fond de vérité. Je vais plus loin : Tout conte est un "CONTE-nant" initiatique. Les fables sont à double sens, vous le savez, chacun les interprète à son niveau de compréhension. Seul l'auteur connaît exactement le contenu véritable d'une fable et à qui elle se rapporte. Quand un écrivain se sent inspiré pour raconter une histoire, d'où lui viennent ses idées ?
La tradition attribue aux muses, ces êtres de l'invisible, l'origine des inspirations humaines, donc à une intervention extérieure. Ainsi, même l'auteur d'une légende peut ne pas déceler le message contenu dans celle-ci. Parfois, des clés essentielles de recoupement sont scellées dans un conte. Et un seul être peut ouvrir le Sceau du Secret : L'auteur véritable. Ne le cherchez pas, il est en dedans de vous, il est Vous, dans votre être SENTI-MENTAL.

Le conte de Blanche Neige est particulier car il cache l'histoire de l'Adam Kadmon, le premier enfant. Cette histoire est précieuse car elle détient en son symbole le parcours d'une âme à la recherche de sa plénitude. Un Père attentif surveille cet éveil, cette transformation de la mort à la vie. Voici la traduction de ce conte selon les clés d'André Bouguénec.

 

Il est était une fois.

…une reine, une femme très belle qui régnait sur un royaume. Tous les jours, elle demandait à son miroir magique qui était la plus belle. C'était elle. Mais un matin, le miroir lui dit que la beauté de Blanche Neige surpassait la sienne. Folle de Jalousie, elle dépêcha un des ses sujets pour emmener Blanche Neige dans la forêt et la tuer.

Cette reine malfaisante, et pourtant très belle, c'est notre Lucifer, ce porte-lumière, le plus beau d'entre tous. Un jour, un "miroir magique", c'est à dire un reflet de lui-même, qui était une prise de conscience, lui révéla que sa beauté était surpassée, qu'il n'était pas la personne qu'il croyait être, qu'il n'était pas aussi beau, aussi puissant qu'il croyait. Il devint méchant et se révolta. Vous avez deviné qui se cachait dans ce miroir, cet instigateur de cette sombre machination : Dieu lui-même ! Lucifer voulut tuer Blanche Neige, c'est à dire les ouvres immaculés de Dieu. Ce fut la lutte entre les anges, entre les Blancs, les enfants de la lumière et les Révoltés, les enfants des ténèbres.

 

Blanche Neige…

représente plusieurs identités. Sa nature principale est angélique. Regardez ce curieux nom : Blanche Neige. Cela représente le manteau neigeux dans son caractère originel et immaculé, pure de toutes souillures. Effectivement, les anges étaient conçus parfaits, sans possibilité de "péchés", d'une blancheur immaculée. Mais que représente la neige ? Et bien tout simplement, cette eau, symbole de l'esprit, cristallisé (ou christallisé), venant "d'en haut", devient sans chaleur, lourde, et d'une beauté sans pareil. Les cristaux de neige sont tous différents, comme les anges, et sont d'une pure beauté, une beauté froide. Et c'est effectivement ce qu'étaient les anges : sans chaleur véritable, sans amour personnel, mais programmé en leur être, donc froids aux yeux de leur créateur : des neiges blanches. Dans BLANCHE NEIGE se cache GLEB ENCHAINE, le glébeux prisonnier dans sa chair d'Homme. Il y a aussi L'ANGE BI CHENE. Rappelez-vous le symbolisme de l'arbre, qui représente l'Homme en construction.

 

Entrent en scène à présent les 7 nains…

Leur symbolisme est profond. D'ailleurs, le dictionnaire des symboles traduit du chiffre 7une multitude de correspondances traditionnelles : les 7 jours de la semaine, les 7 planètes, les 7 têtes du monstre de l'apocalypse, etc. Le 7 serait le chiffre indiquant, toujours selon le dictionnaire des symboles, "le sens d'un changement, après un cycle accompli et d'un renouvellement positif". Effectivement, le sept représente le renouvellement sanguin pour l'être humain. Il y a une modification de son psychisme et de ses "humeurs" tous les 7 ans. La plus marquante est celle des 14 ans, la fameuse crise d'identité des adolescents.

Mais où est blanche neige dans tout cela ? Et si je vous disais que la réponse est dans les 7 couleurs de l'arc-en-ciel ! Saviez-vous que la légende veut qu'au pied de l'arc-en-ciel est dissimulée une marmite de pièces d'or ? Que se cache derrière cet Arcane du ciel ?

 

Prenez la lumière blanche...

et décomposez-la avec un prisme, qu'obtenez-vous ? Les 7 couleurs bien sûr ! Ce que fait d'ailleurs la lumière du soleil à travers la pluie pour former l'arc-en-ciel ! Les sept nains représentent donc la décomposition caractérielle des neiges blanches, l'engeance angélique, car la lumière est le symbole de l'esprit. Elle n'est d'ailleurs pas qu'un symbole, elle est réellement l'émanation de l'esprit. Un recoupement de cette affirmation assimilable au niveau humain est la fameuse auréole représentée autour de la tête des sains catholiques. Au niveau angélique, la puissance d'un être est visible à la lumière émanée de son corps.

 

Pour en revenir au 7 nains

et leurs attributs de "couleur" sentimentale, voyez le nom qu'on leur a donné : Rappelez-vous Grincheux, Prof, Dormeur, Simplet, Atchoum, Timide, et Joyeux ! Ils sont le développement sentimental de la couleur blanche et pure par décomposition. C'est aussi le symbole d'Isis et d'Osiris. Le démembrement d'Osiris correspond à la décomposition de la mémoire de l'ange. Tous ses symboles pour vous montrer l'opération qu'à subit le corps androgyne durant la fameuse "Révélation" : à savoir une liberté caractérielle de création et une décomposition de leur esprit holistique de conception, c'est à dire leur capacité à concevoir un élément en correspondance avec le tout. Et bien sûr, sans cette unité de savoir par la décomposition en éléments épars, les anges connurent l'échec. Ils ne pouvaient plus concevoir selon la perfection qu'ils avaient connue auparavant !

Dans le conte, constatez comment Blanche Neige essaye de renverser les caractères des sept nains au travers de la propreté, du rangement, du savoir vivre, etc. Les sept couleurs de base, c'est à dire les sept péchés capitaux doivent se transformer en sept vertus, sept couleurs qui peuvent s'unifier en Lumière blanche, divine.

 

Allons, si vous le voulez bien, plus loin dans le niveau d'interprétation.

Les sept couleurs, représentant une décomposition de l'ange en caractères fondamentaux, sont pour l'humain une émanation bien spéciale de son corps angélique. Elles sont les sept ondes sécrétées par l'épiphyse, qui est la focale par laquelle toute lumière, valable spirituellement dans le divin, va passer pour "iriser" son potentiel angélique. Descartes en avait fait, comme par hasard, non pas le siège de l'âme, mais le centre recevant et transmettant à l'âme les impressions du dehors. (Entretien avec l'Homme, page 371). La glande épiphyse nourrit aussi le corps physique et éthérique invisible. Elle représente aussi la perle blanche du Ying-Yang, c'est à dire tout le potentiel chromosomique, l'hérédité angélique. Pour résumer, en citant André une fois de plus :

C'est Elle "la porte étroite" des Ecritures par laquelle passe tout le "circuit imprimé" du Corps de Gloire en hibernation.

Je vous décrivais un jour une image optique projetée sur un écran et passant par le foyer, la focale, en une invisible concentration de tous les rayons. Eh bien, la Perle pinéale est ce foyer invisible qui relie l'image vraie qui est dans le . Projecteur Corps de Gloire qui aboutit sur l'écran-humain.

A lui en se "voluminant" de s'identifier à sa Source. Alors l'image vivante rejoint le Corps qui s'éveille. Cette Perle est une sourte de "trou noir", c'est une Porte sur une autre dimension. (Entretien avec l'Homme, page 372).

Vous retrouvez ainsi l'explication première du chiffre sept du conte de Blanche Neige.

Un autre recoupement pour combler votre curiosité : Des initiés assimilaient l'épiphyse au fameux troisième oil. D'où le mot iris, partie colorée de l'œil. Iris fut en Grèce la messagère des dieux, personnification de l'arc-en-ciel ! (Entretien avec l'Homme, page 371).

Puis vient l'épisode où la reine se transforme par magie noire en une sorcière laide et vieille. Elle prépare pour assouvir sa vengeance une pomme empoisonnée qui donne l'apparence de mort à celui ou celle qui la mangera, jusqu'au moment où cette personne recevra son premier baiser d'Amour.

 

L'analogie avec l'ange est facilement identifiable :

Le Lucifer mauvais, transformé en une nature noire, entraîne les anges à commettre des fautes, traduit par la pomme offerte, symbole biblique par excellence. Cette pomme correspond au sentiment de castration sexuelle des anges, qui fut une des premières revendications angéliques, car leur corps ne pouvaient engendrer par croisement fécond un être issu de leur organisme, alors que les animaux le pouvaient ! Quelle humiliation pour ces êtres aux pouvoirs gigantesques ! A la suite de tous leurs méfaits, les anges sont punis et tombent dans une sorte de catalepsie.

Vous pouvez noter que dans le conte, la reine, qui veut pourtant tuer Blanche Neige, choisit un sort qui la plonge seulement en catalepsie. Etrange non ?
Deuxième élément étrange : les sept nains croient que Blanche Neige est morte, mais ils décident de ne pas l'enterrer, contrairement aux habitudes. Ils la mettent bien en évidence, dans un cercueil de verre, et s'occupe religieusement de cette étrange sépulture.

Vous avez deviné, les anges ne sont pas morts, mais mis dans un tombeau spécial, le fameux "tabernacle" où des responsables les surveillent. Jusqu'au jour où les deux âmes sours réintègrent ce corps afin de le réveiller, symbolisé par le baiser du prince sur Blanche Neige, c'est à dire le retour du "Principe" primordial.

Et comme par habitude, ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants

Je dédie cet texte à ma fille Myriam, qui m'a fait redécouvrir ce conte merveilleux

 

Bruno Bossard